Conseils de conservation préventive

Adieu gants blancs, bonjour désinfectant !

En décembre 2005, Cathleen A. Baker et Randy Silverman, spécialistes en conservation de l'Université de l'Utah, ont publié un article provocateur et très documenté sur le port des gants blancs en bibliothèque.

Cet article de fond mettait en évidence deux inconvénients liés au port des gants de coton blanc pour la consultation des imprimés et des manuscrits :Gants blancs.

  • les gants emmagasinent la saleté;
  • les gants rendent la manipulation des documents maladroite.

Les auteurs brisent également quelques mythes au passage :

  • les substances organiques (sueur, sébum) secrétées par la peau des mains sont trop limitées pour entraîner une dégradation chimique du papier;
  • le port des gants remonterait à une vingtaine d'années seulement et serait dû à la publicité faite par les fournisseurs auprès des conservateurs de bibliothèques.

La proposition de Baker et Silverman? Mettre en place un dispositif de désinfection pour les mains !

C'est pourquoi, depuis novembre 2007, la Bibliothèque des livres rares et collections spéciales n'exige plus le port des gants de coton blanc et met plutôt à la disposition de ses usagers un distributeur de gel désinfectant hydro-alcoolique. Ce distributeur se trouve à l'accueil, accroché au mur extérieur du vestiaire : n'hésitez pas à vous en servir !

Référence : Baker, Cathleen A. et Randy Silverman. « Fausses idées sur les gants blancs ». In International Preservation News, no 37, Décembre 2005, pp.10-15.