Collection de canadiana Louis-Melzack

Louis MelzackLa collection de canadiana Louis-Melzack fut acquise en 1972 et comprend plus de quatre milles volumes, de nombreux journaux et plus de mille manuscrits incluant le Fonds Ryland. Reconnue pour son intérêt exceptionnel et son importance nationale par la Commission canadienne d'examen des exportations de biens culturels en juin 1999, cette collection est de première valeur pour les chercheurs en histoire du Canada et du Québec.

La section des imprimés, qui constitue la plus grande partie de l'ensemble, renferme des volumes, des brochures et des proclamations publiés pour la plupart au Canada aux XVIIIe et XIXe siècles.

La collection comprend des livres de piété dont le premier livre imprimé à Montréal par Fleury Mesplet en 1776, Règlement de la Confrérie de l'adoration perpétuelle du S. Sacrement et de la bonne mort; des livres de prière de la Church of England in Canada, Diocese of Nova Scotia dont le plus ancien publié en 1805 à Halifax par J. Howe; d'anciens récits d'explorations, tels les ouvrages des Ramusio, Lahontan, Labat, Bossu, Weld, Vancouver, Lambert, Lafitau, Hind et un magnifique exemplaire des Travels through the Canadas de Georges Heriot enrichissent cette collection.

Les titres de journaux les plus importants de la collection sont : la première année du Quebec Herald and Universal Miscellany (1788-1789), le Quebec Mercury (1807-1811,1819) et le Canadien (1806-1810) qui se livrèrent une lutte acharnée; le Montreal Herald (1814-1817) qui reflète l'esprit anti-américain de la population anglaise et écossaise de Montréal; l'Aurore de 1817, journal politique, littéraire et anecdotique; la Quebec Gazette (1824-1825), gazette officielle, et le Populaire sont des sources de documentation passionnante concernant la Rébellion de 1837, également bien illustrée dans la monographie de Lord Charles Beauclerk, capitaine du Royal Regiment : Lithographic views of military operations in Canada under his excellency Sir John Colborne G.C.B. etc. during the late insurrection.

La littérature polémique du XIXe siècle et un choix d'oeuvres poétiques datant du début du XXe siècle complètent la section des imprimés.

Les manuscrits représentent la pierre angulaire de la collection. Citons, parmi les pièces les plus anciennes, Une lettre du Roy pour nous establir en toute l'Amérique, pièce qui remonte à 1651, alors que Louis XIV n'avait que 13 ans, et des lettres de Jean Talon datant de 1667. Il faut également souligner le manuscrit illustré d'un certain N. Foederis, Dialogue ou entretient d'un François avec un Sauvage, rédigé au XVIIIe siècle, et dont les dix-sept dessins à l'encre indienne de Destrez sont des imitations d'oeuvres antérieures qui dépeignent les moeurs et coutumes des autochtones de l'Amérique du Nord.

À ces sources essentielles pour l'histoire du début de la colonie, viennent s'ajouter d'autres pièces uniques et intéressantes pour l'étude des XVIIIe et XIXe siècles : les Ordonnances, ordres, reglemens et proclamations durant le gouvernement militaire en Canada, du 28e oct. 1760 au 8e juillet 1764, du gouverneur James Murray (entièrement numérisé); le mandat d'arrêt lancé contre Louis-Joseph Papineau, le 23 novembre 1837; une lettre de Papineau à son père, écrite en 1838 de Saratoga Springs; les dépositions des patriotes et des témoins au cours de leur procès rassemblées sous le titre de Globensky Papers. Les Fonds Ryland et Morris complètent cette inestimable collection de manuscrits.

La collection possède également des tableaux, aquarelles et lithographies dont certains ont été offerts par l'épouse du donateur, Rose Melzack, et qui ont également été reconnus par la Commission canadienne d'examen des exportations de biens culturels en 2006.