Jean-Marie Moreau

Né à Louvain le 15 mai 1920, Jean-Marie Moreau est licencié en 1942 de l'Université de Louvain en langues classiques et romanes ainsi qu'en histoire. En 1942, il fait de la résistance et se porte volontaire dans l'armée anglaise. Après la guerre, il remet sur pied la fonderie paternelle qu'il dirige jusqu'à son départ pour le Congo en 1949. En 1961, on le retrouve, professeur au séminaire Sainte-Marie de Shawinigan, puis en 1963 au Collège de Saint-Laurent, qu'il ne quittera pas jusqu'à sa retraite. Il a été professeur, chef de département et directeur général. Moreau fait l'acquisition de ses volumes à Louvain entre 1936 et 1947.

Après son décès, en 1989, sa veuve Madame Françoise Gelders, fait don de la collection à l'Université de Montréal.

La Collection

La grande majorité des 505 ouvrages de la collection couvre la liturgie, l'histoire de la Bible et la théologie. Elle renferme quelques bibles du XVIe siècle dont quelques-unes très rares telle la Saincte Bible, première bible imprimée en français à Louvain par B. de Graue. On y trouve également le Dictionnaire historique d'Augustin Calmet publié à Paris en 1722. Le reste de la collection touche divers domaines. Parmi les ouvrages les plus recherchés, il faut signaler une collection importante de « Physiologies » publiée au XIXe siècle, l'édition originale (1697) de Les delices des Pais-Bas de Christyn, Relation abrégée d'un voyage fait dans l'interieur de l'Amérique méridionale de La Condamine relié avec Lettre à Madame *** sur l'émeute populaire excitée en la ville de Cuenca au Pérou le 29 août 1739 ..., le Mundus subterraneus d'Athanase Kircher, deux éditions anciennes du Dictionnaire de Moreri, une du Dictionnaire de Bayle et le Rerum geographicum de Strabon.