Philip BEELEY
 

Leibniz et la tradition platonicienne. La mathématique comme paradigme de la connaissance innée.

jeudi 30 septembre, 16h30-17h00

Résumé de la communication :

Un des grands thèmes, discutés par Leibniz dans ses Nouveaux Essais est celui des idées innées. Alors que l’auteur de l’Essay Concerning Human Understanding refuse l’existence de telles idées en général, donc même à l’égard des mathématiques, Leibniz, lui, argumente pour une conception restreinte de la doctrine platonique de l’anamnèse, suivant laquelle les vérités éternelles coule de la nature de la raison même, et ne proviennent pas de la perception et de l’expérience comme chez le philosophe anglais. De même que l’esprit le plus parfait conçoit a priori toutes les vérités éternelles à partir de lui-même, chaque esprit individuel sera donc plus parfait si il raisonne moins en terme d’expérience. En se référant au développement de ses idées sur la combinatoire et sur la caractéristique universelle, l’exposé montrera qu’il existe des liens étroits entre la conception de Leibniz de la source des vérités éternelles et son programme général des mathématiques.