Qu'est-ce qu'un livre rare?

Dans son acception courante le «livre ancien» correspond aux ouvrages imprimés depuis les débuts de l’imprimerie (1450) jusqu’à la Révolution industrielle au début du 19e siècle, soit la période de l’imprimerie artisanale. Mais tous les livres anciens ne sont pas nécessairement rares ou précieux - certains, de qualité médiocre ou produits en grande quantité, peuvent être d’un intérêt limité – et tous les livres rares ne sont pas nécessairement anciens! Mais, de manière générale, lorsque nous utilisons l’expression « livre rare », c’est essentiellement pour signifier qu’il s’agit d’un ouvrage qui possède suffisamment d’intérêt pour être collectionné et conservé, et ceci indépendamment de son ancienneté. C’est pourquoi vous trouverez dans les bibliothèques de livres rares et collections spéciales des titres des 19e et 20e siècles au côté de livres plus anciens. Ce qui rend un livre (ou tout autre type de document: manuscrits, cartes anciennes, estampes, autographes, etc.) rare et précieux, c’est en réalité une combinaison de plusieurs critères:

Importance ou intérêt du texte

Le contenu d’un livre peut être intéressant pour plusieurs raisons. Il peut ainsi s’agir d’un texte littéraire intemporel, d’une œuvre ayant marqué l’histoire des idées, d’une importante œuvre scientifique ou bien d’un texte lié à une conjoncture historique particulière (récits de découverte de l’Amérique par exemple).

Aspects esthétiques

Un livre peut aussi être convoité pour des raisons esthétiques comme la qualité des illustrations, la beauté de la reliure et de la typographie ou l’excellence de la mise en page.

Rareté et ancienneté

La notion de rareté prise isolément n’est pas déterminante en soi car elle témoigne souvent d’un désintérêt envers un ouvrage. Il faut ainsi savoir que les impressions limitées ou à faible tirage sont très communes et la plupart des textes ne connaissent souvent en réalité qu’une seule édition, l’intérêt du lectorat n’ayant pas été suffisant pour justifier une nouvelle édition ou des tirages supplémentaires. Que l’exemplaire soit rare et peu commun n’ajoute donc aucune valeur particulière à un livre si l’intérêt n’est pas au rendez-vous. Par contre, si l’ouvrage suscite un grand intérêt et que les exemplaires sont rares, il devient alors un objet recherché et convoité et sa valeur augmente en conséquence. C’est en somme le principe de l’offre et de la demande qui est à l’œuvre. En ce qui concerne l’ancienneté, nous avons vu que l’âge d’un livre n’est pas non plus en soi un facteur déterminant pour en établir la valeur. Ceci dit, il faut convenir tout de même que plus un livre est âgé, plus il a de chance de devenir ipso facto un objet d’intérêt (par exemple un manuscrit du Moyen Âge ou un livre imprimé au cours des premières années de l’imprimerie).

Provenance

Depuis toujours, les livres ayant appartenu à des écrivains célèbres ou à de grands personnages historiques ont su exciter l’intérêt des collectionneurs, particulièrement lorsque ces livres ont été annotés et signés par l’auteur ou le possesseur émérite. Cependant, de nos jours, c’est l’ensemble des marques de provenance qui attise l’intérêt d’une multitude de chercheurs multidisciplinaires s’intéressant à l’histoire, à la circulation et à l’utilisation du livre à travers les temps. Ex-libris, ex-dono, ex-legato, ex-praemio, armoiries, dédicaces, annotations, notes diverses, promesses de récompense, marques de censure, numéros d’inventaire, dessins et autres ajoutent tous une plus-value importante à un livre ancien.

État de conservation

De manière générale, plus un livre est près de son état d’origine, plus il a une grande valeur. Cette plus-value est à la fois monétaire, historique et, chez certains, même sentimentale. S’il est, de plus, complet et dans un excellent état de conservation, il sera doublement attirant et d’autant plus recherché.

Où et comment se procurer des livres rares?

Il existe des réseaux de libraires spécialisés en livres anciens dans de nombreux pays. La Ligue Internationale du Livre Ancien (LILA) est d’ailleurs un bon point de départ pour commencer à découvrir cet univers. Au Québec, il existe également une association de ces libraires très spéciaux : il s'agit de la Confrérie de la Librairie Ancienne du Québec (CLAQ). Sur le site de la CLAQ se trouve la liste des libraires de livres anciens du Québec avec le détail de leurs spécialités.

En utilisant sur le Web des outils de recherche comme Abebooks, Marelibri ou Addall, vous aurez accès à des millions de livres offerts par des milliers de libraires spécialisés à travers le monde: tout cela en quelques clics de souris!

Vous voulez débuter une collection?

La fièvre de la bibliophilie vient de vous atteindre? Voici quelques conseils pour vous aider à débuter une collection de livre ancien.

Choisissez d’abord un type de document qui vous intéresse particulièrement. Pour certains, il s'agira de livres illustrés du 19e siècle, pour d'autres de livres anciens d'une discipline particulière, d'autres encore s'intéresseront aux belles reliures. N’oubliez pas qu’une collection peut se concentrer sur des documents autres que les livres : les manuscrits d'un écrivain en particulier, les revues d'avant-garde, les cartes postales, les estampes : la liste est infinie... La règle d'or est avant tout de se faire plaisir! Pour s'informer, il est utile de consulter régulièrement les revues spécialisées comme Art et Métiers du Livre qui fourmille d'informations et de dossiers thématiques. Les sites Web d'associations de libraires proposent également des contenus intéressants, surtout lorsqu'on débute. Par exemple, le Syndicat National de la Librairie Ancienne et Moderne en France (SLAM) a mis en ligne un Guide du livre ancien qui donne plusieurs bons conseils. Pour chaque achat il sera également souhaitable de conserver précieusement toute la documentation importante que l'on possède au sujet du document (notamment les informations sur sa provenance). Enfin, il sera bon de mettre en place un système de classement (sur papier ou sur informatique) avant que la collection ne devienne trop volumineuse. Cela permettra de s'y repérer rapidement et d'éviter ainsi d'acheter des documents en double!

Comment bien conserver ses livres?

Il est possible d'entretenir les reliures de cuir en les nettoyant légèrement et en les cirant. Toutefois, il faut pour cela disposer des produits adéquats et il faut également savoir comment procéder. Il est donc recommandé de demander les conseils d'un(e) spécialiste si on souhaite se lancer dans des opérations de nettoyage ! Il est possible dans ce cas de s'adresser, par exemple, au bibliothécaire de référence d'une bibliothèque de livres rares, comme celle de l'Université de Montréal. Les professionnels sauront ou bien vous renseigner directement ou bien vous mettre en contact avec la personne-ressource adéquate. S'il vous semble qu'une nouvelle reliure est nécessaire, assurez-vous d'abord qu'il n'est pas préférable de garder la reliure d'origine car la conservation de l’état d’origine d’un document est toujours préférable. Lorsque votre décision est prise, adressez-vous alors à un relieur professionnel. Il existe par exemple l'Association québécoise des relieurs et des artistes du livre (AQRAL) qui, dans sa section Répertoire, propose une liste de ses membres professionnels. Là encore, pour faire son choix, il est possible de consulter les bibliothécaires susceptibles de connaître des relieurs. Pour finir, il faut savoir que les livres s'abîment moins lorsqu'on les protège de la poussière (en les mettant dans des boîtiers spéciaux ou en les mettant dans une vitrine), de la lumière (qui décolore les reliure) et lorsqu'on les range dans une pièce où il fait frais et sec. À ce sujet, vous trouverez davantage d'informations dans notre section des Conseils de conservation préventive.