Fonds Ben-Weider

Portrait de M. Ben WeiderNé en 1924 à Saint-Lin au Québec, de parents juifs polonais, Ben Weider fait son entrée dans la vie publique vers 1945 en se lançant en affaires avec son frère Joe dans l’industrie du bodybuilding. Pour promouvoir le culturisme à titre de discipline sportive, il crée l’année suivante l’International Federation of Body Builders (IFBB) dont il assure la présidence jusqu’en 2006. Comptant 171 pays membres, l’IFBB est aujourd’hui l’une des plus prestigieuses associations sportives au monde. Le culturisme est désormais reconnu comme une discipline officielle par le Comité international olympique (CIO). Sa vie durant, Ben Weider œuvre à cette entreprise qui lui vaut reconnaissance et renommée internationale.

Dès les années 1960, Ben Weider s’intéresse à Napoléon et aux causes de son décès. Il devient rapidement grand spécialiste et collectionneur réputé. En 1976, il crée la Fondation canadienne du Souvenir napoléonien et, en 1995, la Société napoléonienne internationale. Il acquiert même une réputation mondiale en publiant plusieurs ouvrages visant à démontrer que l’empereur français ne serait pas décédé d’un cancer mais bien plutôt d’un empoisonnement à l’arsenic. Grâce aux patientes recherches de Ben Weider, cette thèse est aujourd’hui de plus en plus acceptée.

La Collection

Fonds Ben-WeiderLe Fonds Ben-Weider est entièrement consacré à la vie, à l’œuvre et au destin de Napoléon. Il est composé de plus d’un millier de livres et de périodiques. Il comprend aussi des journaux anciens, des documents audiovisuels, trois albums de coupures de journaux concernant Ben Weider, ainsi qu’une collection numismatique. Ce fonds constitue un bel exemple de bibliothèque de travail d’un collectionneur passionné, bibliothèque que Ben Weider voulut après sa mort rendre accessible au plus grand nombre.

Contenant un certain nombre de livres plus anciens prisés des connaisseurs, tant pour les textes, l’édition que pour les illustrations; rassemblant aussi des ouvrages en de nombreuses langues, ce fonds vient enrichir sensiblement la Bibliothèque des livres rares et collections spéciales. Considérés dans leur ensemble, ces documents nous renseignent sur le collectionneur et le chercheur que fut Ben Weider, notamment par les dédicaces, les traces d’utilisation et les témoignages d’amitié qu’on y retrouve.

Grâce au généreux don de Madame Huguette Derouin-Weider et de Monsieur Louis Weider, ce fonds unique prend désormais place au sein des collections de l’Université de Montréal.