A partir de la Renaissance, l’anatomie et son enseignement mettent largement à contribution l’iconographie. Dans le sillage du De humani corporis Fabrica d’André Vésale (1543), les exemples se multiplient. Ici, une illustration tirée des Œuvres d’Ambroise Paré (1510?-1590).
image Le livre savant
  Fiche ou Grande image

A la même époque, Juan de Valverde (~1525-~1588) publie son Anatomia del corpo umano en Italie.

image Le livre savant
  Fiche ou Grande image

La traduction joue évidemment un rôle dans la diffusion des savoirs, hier comme aujourd’hui. Avant de codiriger l’Encyclopédie avec D’Alembert, Diderot (1713-1784) participera à la traduction du Dictionnaire universel de médecine, de chirurgie, de chymie, de botanique, d’anatomie, de pharmacie, d’histoire naturelle, &c. de Robert James.

image Le livre savant
  Fiche ou Grande image

Parmi les ouvrages d’anatomie les plus spectaculaires, il faut faire une place à part au Tabulæ anatomicæ de Pietro da Cortona.

image Le livre savant
  Fiche ou Grande image

Ses vingt-sept magnifiques planches témoignent d’un constant souci de la mise en scène du corps humain.

image Le livre savant
  Fiche ou Grande image

L’ouvrage, devenu extêmement rare, a été publié à Rome en 1741, presque cent ans après la mort de son auteur (1596-1669).

image Le livre savant
  Fiche ou Grande image

Les gravures datent du début du XVIIe siècle; on aurait commencé à les graver vers 1618. Elles sont l’œuvre de Luca Ciamberlano.

image Le livre savant
  Fiche ou Grande image

Les annotations qui accompagnent les planches sont tardives. On les doit à Gaetano Petrioli. La couleur a également été ajoutée tardivement.

image Le livre savant
  Fiche ou Grande image
retour | suite de la visite